Le don du sang ; ça, c'est de la solidarité!!!!!

Don de sang 
 
Un don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir prélever du sang qui sera stocké dans une banque du sang puis servira lors d'une transfusion sanguine.
En France et Canada c'est un don véritable, les donneurs ne sont pas rémunérés, contrairement à d'autres pays.

Conditions préalables au don 
Lorsqu'un donneur arrive à un centre de don de sang,
celui-ci remplit typiquement un formulaire de consentement et répond à un petit questionnaire médical pour voir s'il est un donneur adéquat.
Les questions peuvent impliquer son âge, son poids, son dernier don de sang, son état actuel de santé, et divers facteurs de risque comme les tatouages,
l'usage de stupéfiants (usage récréatif ou dopant), les derniers voyages internationaux, et l'anamnèse sexuelle.
Les réponses sont associées au sang donné, mais l'anonymat reste garanti.
En France, cet interrogatoire est mené par un médecin.
Il est fortement conseillé de bien manger et d'être bien en forme avant d'effectuer un don de sang. Dans le cas contraire, il est possible de souffrir d'un choc vagal ou d'une baisse de tension.
Cela est d'autant plus vrai lorsqu'un donneur donne pour la première fois et est stressé.


 En France 
Depuis 2000, suite au scandale du début des années 1990 sur le SIDA,
seul l'Établissement français du sang est habilité à recueillir du sang en France.


 L'âge 
En vertu de l’article L. 1221-5 du Code de la santé publique,
aucun prélèvement de sang ne peut avoir lieu sur une personne mineure,
hormis à titre exceptionnel, en cas d’urgence thérapeutique et, bien entendu,
avec le consentement des parents.
L’âge minimum pour pouvoir faire don de son sang est donc l’âge légal de la majorité, à savoir 18 ans.

Concernant la limite haute, le don de sang est possible jusqu’à l’âge de 65 ans révolus,
malgré l’allongement de l’espérance de vie de personnes en excellente santé.
Il faut également savoir qu'il n'est pas possible de faire son premier don de sang après l'âge de 60 ans.

On a donc d’un côté une limitation juridique,
résultant de la nécessité d'un consentement libre et éclairé à l'acte médical (on considère que le mineur n'est pas suffisamment éclairé par principe),
et d’un autre, une limitation plutôt médicale.

 

 


© 2007/2015 Lansky et Phil Lerenard Tous droits réservés

foximage

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site