Comment se protéger contre la grippe A

grippe A

 

Causée par des virus appartenant à la même "famille" que la grippe saisonnière, la grippe A nécessite une surveillance renforcée dès lors que la pandémie semble s’étendre inexorablement.

 

Les différentes formes de grippe sont dues à trois virus Influenza (A, B et parfois C). Le plus redoutable est le virus A, qui comporte de nombreux sous-types H et N.

Alors que les virus B et C infectent presque exclusivement l’homme, les virus A peuvent infecter des espèces animales (oiseaux, chevaux, porcs…).
Des virus qui varient d'une saison à l'autre

Tous les ans, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) analyse les virus qui circulent, pour décider des souches précises qui permettront de composer le cocktail du vaccin saisonnier. Les virus A/H1N1, A/H3N2 et B en font toujours partie, mais ils peuvent, par mutations génétiques, varier d’une saison à l’autre.

L'épidémie de grippe A réévaluée chaque semaine

La grippe A/H1N1 est considérée comme une pandémie. Ce nouveau virus, qui circule activement d’homme à homme au niveau mondial, est dit hybride, car il intègre dans les huit fragments de son génome (sa carte génétique) cinq fragments porcins, deux fragments aviaires et un fragment d’origine humaine.

Chaque semaine, l’épidémie est réévaluée. "La gravité de cette grippe n’est pour l’instant pas comparable à celle de la grippe aviaire ni à celle des pandémies précédentes, comme la grippe espagnole de 1918, explique le Pr François Bricaire, chef de service infectiologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Les symptômes sont ceux de la grippe saisonnière, mais elle se répand très vite. Le virus pourrait muter et devenir plus virulent avec le temps. La maladie semble surtout affecter les sujets jeunes en bonne santé, moins immunisés que les plus âgés qui ont pu déjà être exposés à un virus proche."

Les spécialistes s’accordent à qualifier la grippe A/H1N1 de très contagieuse, mais sa dangerosité ne dépasse pas celle de la grippe saisonnière. Pour la surveiller, les médecins généralistes sont officiellement en première ligne. Il n’est plus nécessaire de se présenter à l’hôpital.

"Il est impératif de ne consulter que si l’on a une forte fièvre, supérieure à 38,5°. Avant toute consultation, vous devez prendre votre température", conseillent les généralistes qui craignent d’être débordés.

Les médecins assurent le diagnostic et le traitement de la grippe A/H1N1 comme de la grippe saisonnière. C’est l’occasion de vous remettre une fiche très détaillée de précautions à prendre vis-à-vis de l’entourage, puisque la grippe se transmet par les sécrétions respiratoires à l’occasion d’éternuements ou de toux.

Des règles d'hygiène à suivre

Au moment où nous écrivons ces lignes, les cas de contagion se multiplient. Les conseils qui suivent pourraient évoluer à l’automne :
adopter certains gestes d’hygiène (aérer régulièrement chez soi comme au bureau, utiliser des mouchoirs en papier à usage unique, se laver les mains) ;
pour chaque éternuement ou quinte de toux, penser automatiquement à conserver ses distances et à protéger autrui en portant un masque respiratoire homologué. Il pourra vous être prescrit par votre médecin traitant ;
éviter autant que possible les lieux de rassemblement en général et les contacts avec les malades en particulier.

Les traitements antiviraux existent - Tamiflu, Relenza - et ils sont efficaces sur les différentes grippes, à condition d’être pris dans les 48 heures. Les fabricants constituent des stocks importants qui permettraient de faire face à la menace de pandémie. Les généralistes peuvent les prescrire.

Les laboratoires testent des vaccins

Côté vaccins, l’OMS, qui organise la riposte au niveau mondial, a demandé aux laboratoires d’assurer en premier lieu la production de vaccins contre la grippe saisonnière.

Contre cette dernière, en effet, la vaccination est recommandée (et prise en charge) chez les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques.

Par ailleurs, début mai, les fabricants ont reçu les souches contre la grippe A et ont entamé leur culture. Certains, comme Novartis, ont réussi à gagner plusieurs semaines sur le délai habituel de développement du vaccin grâce à la culture cellulaire.

Vaccination des femmes enceintes en priorité

Les premiers lots de vaccins seront disponibles en automne. En fonction des quantités disponibles, les autorités sanitaires définiront qui vacciner en priorité (enfants, femmes enceintes…), pour éviter la transmission du virus dans la collectivité et protéger les personnes les plus fragiles.

Les médecins seront approvisionnés début octobre afin de procéder à la vaccinations de la grippe A (deux injections), via les centres de vaccinations ou les dispensaires, voire les cabinets médicaux.

Selon l’ampleur de l’épidémie, les infirmières effectueront la seconde injection. Dans un deuxième temps, il sera procédé à la vaccination saisonnière.

Grippe saisonnière : à surveiller

La grippe saisonnière affecte chaque année dans le monde 20 % des enfants et 5 % des adultes. En France, chaque année, 2,5 millions de personnes seraient concernées. Plus de 90 % des décès (2 000 à 7 000) surviennent chez les personnes de plus de 65 ans.

Le virus prospère mieux en hiver, car les regroupements humains sont plus fréquents et le froid favorise les infections respiratoires. Lorsqu’on a un rhume, des courbatures et de la fatigue, il s’agit le plus souvent d’un "syndrome grippal" dû à divers virus.

La vraie grippe, plus rare, démarre brutalement : fièvre à 40°, maux de tête intenses, douleurs musculaires et articulaires, très grande fatigue, toux sèche. Elle dure une huitaine de jours, mais la toux et la fatigue persistent parfois plusieurs semaines. Elle peut être redoutable chez des personnes fragiles.

La principale complication est la surinfection des voies respiratoires par des bactéries (sinusite, bronchite…). Les antibiotiques sont alors prescrits. Ils permettent de traiter ces symptômes aigus, mais ils n’agissent pas sur le virus. La grippe peut aussi aggraver une maladie chronique comme l’asthme ou le diabète.


© 2007/2015 Lansky et Phil Lerenard Tous droits réservés

foximage

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×